Pourquoi on construit très peu de Tiny House en Suisse?

Ça fait désormais 6 ans que j’écris sur les Tiny House: pendant ces 6 ans j’ai lancé un groupe facebook avec 3’500 inscrits, un groupe telegram qui commence à décoller, j’ai donné plein de conférences à gauche et à droite, et j’ai discuté avec plein de personnes intéressées.

Mais, finalement, les résultats ont été assez différents de ce que je m’attendais au départ: les gens qui étaient intéressés au départ ont rapidement changé d’avis, et se sont décidés plutôt pour des maisons plus grandes (80 à 100 m2).

Après ces quelques années d’expérience, je peux enfin répondre à la question:

Pourquoi on construit si peu de Tiny house en Suisse?

1. Construire aux États-Unis est presque impossible.

La planification urbaine aux États-Unis part du principe que le rêve de tout le monde soit toujours le même depuis les années ’50: une maison individuelle, une voiture, une famille avec deux enfants, un chien et un barbecue entre voisins les dimanches.

Depuis 1950, la société a changé, mais pas la planification urbaine. Face à une société qui change, les Offices d’Urbanisme des villes américaines ont refusé de voir les changements en cours, et ont mis en place toute une série de règles qui visent à obliger les gens de vivre comme en 1950: interdiction de mélanger habitat et commerces, interdiction de l’habitat collectif en zone villas, opposition à tout projet de transports publics et mobilité douce, règlements de voisinage interdisant tout un tas d’activité, jusqu’à l’interdiction de monter une colocation en zone villas.

Bien sûr, toutes ces règles n’ont pas aidé la société américaine à revenir en 1950, mais elles ont contribué à créer un décalage entre la demande et l’offre de logements. Et aujourd’hui, aux États-Unis il y a plein de maisons vides et de gens mal logés.

2. La Tiny House est un moyen efficace de contourner les lois américaines.

Face à ce décalage entre la planification urbaine et la réalité du terrain, la population américaine a cherché des solutions alternatives. Et une alternative vient du monde des automobiles.

Au contraire des constructions, les automobiles sont très peu régulées aux États-Unis: les routes sont larges, les places de stationnement sont nombreuses, et toutes ces infrastructures peuvent devenir l’occasion pour développer des formes d’habitat alternatif: des véhicules qui sont au même temps des habitations, qui peuvent aisément être parqués sur une place de stationnement, et qui peuvent facilement être déplacés en cas de problèmes avec le voisinage.

45 m2

3. Construire en Suisse est bien plus facile.

Contrairement aux États-Unis, la Suisse soutient la transformation et densification des zones villas. Le souhait des administration locales suisses est notamment de permettre à un plus grand nombre de personnes de vivre sur un petit territoire, et pour cela tout projet est bon à prendre, y compris celui des Tiny Houses et des autres formes d’habitat alternatif.

Bien sûr, pour un projet de Tiny House en Suisse, il faut respecter les règles d’urbanisme et déposer un permis de construire en bonne et due forme, mais cela n’empêche pas aux différents projets de se concrétiser.

4. Habitat et voitures sont soumis à des réglements différents, voire opposés.

Pour être dans les règles, une maison d’habitation doit être lourde, avec des murs épais, de manière à retenir la chaleur et réduire les besoins en énergie pour le chauffage. Il faut aussi que les pièces aient une surface minimale, et que l’accès soit facile pour les personnes handicapées.

Pour être dans les règles, un véhicule doit être le plus légèr possible, de manière à être maniable et ne pas trop peser sur la route. Il faut aussi qu’il rentre dans le gabarit standard des véhicules routiers, ce qui impose d’avoir des espaces étroits et difficilement accessibles aux personnes handicapées.

Donc, à un certain moment il faut choisir: soit on construit une maison, et on prend les règles de construction du service de l’Urbanisme, soit on construit un véhicule, et on prend les règles du Service des automobiles.

5. Une maison de 80-100 m2 n’est pas forcement plus chère d’une maison de 30-40 m2.

Jusqu’à une surface de 70-80 m2, le coût d’une maison est lié à sa surface: une maison plus grand coûte plus cher, et une petite maison est plus bon marché. En dessous de cette taille, le coût ne descend plus, et une maison de 40 m2 a plus ou moins le même coût de construction d’une maison de 70 m2.

Le coût de construction de la maison dépend d’une série de facteurs:

  • la surface des murs, du sol et du plafond.
  • le coût des installations thermiques, électriques et sanitaires.
  • le coût de la cuisine.
  • le coût de la salle de bains.

Si la surface de murs, sol et plafond diminue avec la surface de la maison, le coût des installations techniques, de la cuisine et de la salle de bains est le même, indépendamment de la surface de la maison. Et plus la maison est petite, plus le coûts fixes deviennent importants.

6. Résultat: peu de Tiny House, beaucoup de maisons de 80-100 m2.

Si pour les Tiny House de 30-40 m2 il n’y a presque pas de marché en Suisse, il y a un gros potentiel pour les maisons de 80 à 100 m2.

Vous avez un terrain et vous voulez construire une petite maison?
Contactez-nous au +41 79 525 71 35 ou au +41 78 638 09 18.

Un commentaire

  1. Ihr Beitrag klingt spannend, allerdings soweit ich es richtig übersetzt habe, fehlen mir die positiven Aspekte der Tiny Houses für die Schweiz. Ein grosses Tiny House mit ca. 40m2 Wohnfläche mit einer Bewilligung der Gemeinde in der Wohn- Bauzone kostet aktuell um ca. CHF 300’000, kein « Schnäppchen ». Ich bezweifle aber, dass ein qualitativ gleichwertiges Wohnobjekt mit 60-80m2 zum gleichen Preis erstellt werden kann. Nur CHF 50’000 – 200’000 mehr investieren um die doppelte Wohnfläche zu kriegen, wird stimmen und scheinen da schnell das Argument zu sein. Für mich stellt es aber bereits bei der Anschaffung ein finanzieller wesentlicher Unterschied. Eine Rolle spielen sollte doch, was alles habe ich mit meinem künftigen Wohnobjekt vor, wer lebt wie lange darin und für viele verschiedene Wohnsituationen kann es gut eingesetzt werden? Daneben gibt es aber auch sehr gute finanzielle Argumente für das Kleinsthaus. Ein Blick auf die aktuell ansteigenden Rohstoffpreise zum Beispiel, der Auswirkungen auf die Menge haben wird. Noch viel wichtiger scheint mir aber ein genauer Blick auf die künftigen Betriebs- und Unterhaltskosten, hier wird ein kleiner Raum gegenüber einem grösseren Raum bezüglich Stromverbrauch und Wärme besser abschneiden. Ich spreche immer von einem Kleinsthaus, welches einen Energienachweis liefern muss und die gleichen Dämmwerte erfüllt. Ein Tiny House, welches aufgrund des beschränkten Platzangebotes weniger elektronische Geräte aufnehmen kann, wird doch weniger schnell ein Gerät haben, welches unbemerkt einfach läuft oder viel Strom benötigt. Wer noch ein weiteres finanztechnisches Argument sucht, ev. die Höhe der Hypothek, die um CHF 50′- 200’000 höher ist beim grösseren Wohnobjekt, auch dort dürften die Zinsen über einen grossen Zeitraum einen grösseren Unterschied ausmachen, als es heute noch der Fall ist. Wer sich für Kleinwohnformen interessiert, es gibt den Verein Kleinwohnformen Schweiz, der sicher einige Fragen beantworten kann.

    Votre message semble passionnant, mais pour autant que je l’ai traduit correctement, les aspects positifs des petites maisons pour la Suisse me manquent. Une grande petite maison d’environ 40 m2 habitables avec un permis de la commune dans la zone de construction résidentielle coûte actuellement environ 300 000 CHF, ce n’est pas une « bonne affaire ». Cependant, je doute qu’une propriété résidentielle de la même qualité avec 60-80m2 puisse être construite pour le même prix. Investir seulement CHF 50’000 – 200’000 de plus pour avoir le double de surface habitable sera correct et semblera vite être l’argument. Pour moi, cependant, il y a déjà une différence financière importante au moment de l’achat. Qu’est-ce qui devrait jouer un rôle, qu’est-ce que j’ai l’intention de faire de ma future maison, qui y habitera pendant combien de temps et peut-elle être bien utilisée pour de nombreuses situations de vie différentes ? De plus, il existe également de très bons arguments financiers pour la plus petite maison. Un regard sur la hausse actuelle des prix des matières premières, par exemple, qui aura un impact sur le volume. Regarder de plus près les futurs coûts d’exploitation et d’entretien me paraît encore plus important : ici, une petite pièce sera plus performante qu’une plus grande en termes de consommation d’électricité et de chaleur. Je parle toujours d’une mini-maison qui doit fournir une preuve de consommation d’énergie et qui a les mêmes valeurs d’isolation. Une Tiny House, qui peut accueillir moins d’appareils électroniques en raison de l’espace limité disponible, est moins susceptible d’avoir un appareil qui passe simplement inaperçu ou qui nécessite beaucoup d’électricité. Si vous êtes toujours à la recherche d’un autre argument financier, éventuellement le montant de l’hypothèque, qui est supérieur de CHF 50′- 200’000 pour les grandes propriétés résidentielles, les taux d’intérêt devraient également faire une plus grande différence sur une longue période de temps que ce qui est c’est encore le cas aujourd’hui. Si vous êtes intéressé par les petits logements, il y a l’association Kleinwohnformen Schweiz, qui peut certainement répondre à quelques questions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s