Construction du hammam de Tachkent (architecte: Andrey Kosinsky)

Grâce à l’excellent blog « memoire2Ville« , je viens de découvrir l’histoire du hammam de Tachkent. Sur cette construction, toute la documentation est en russe, donc il est intéressant de faire une traduction en français. L’article original en russe est disponible par ici.

Malheureusement, ces bains ont été démolis en 2010.


… une histoire très intéressante est sortie avec ce bain. Dans la ville de Kokand, des artisans locaux ont construit un bain public semblable à un hammam oriental.

Le bain oriental diffère de tous les autres en ce qu’il ne fait pas chaud. Le fait est que dans la chaleur même extérieure, la température atteint quarante à quarante-cinq degrés Celsius à l’ombre. Et dans le bain, la température est maintenue à environ vingt-six degrés, le maximum monte à trente-cinq. Il y a beaucoup de pièces différentes et l’une est un peu plus chaude que l’autre – « ascendante ». Ainsi, le visiteur parcourt tous les lieux. Ils contiennent des sufas en pierre sur lesquels vous pouvez vous asseoir, vous réchauffer (ils sont chauffés), vous faire masser, etc. C’est le principe du bain oriental.

Et donc l’architecte en chef de Kokand … est venu et a apporté un projet d’une structure aussi étrange et sans prétention. On m’a convoqué d’en haut et on m’a dit: «Il dirigera, et vous faites ce travail. Donnez-lui des gens », etc. J’ai donné des gens, j’ai pris une commande. Et cet architecte en chef de Kokand ne va pas pour diriger et ne va pas. Le temps passe, le calendrier est calé. Et puis j’ai moi-même commencé à faire ce bain. Avec mon ingénieur en plomberie, nous avons voyagé presque partout en Ouzbékistan, et nous pouvons dire que sur notre propre corps, nous avons essayé et testé tous les régimes de température qui étaient dans les bains là-bas. Il s’est avéré que pour se rafraîchir, il fallait un détail très intéressant dans le bain. Les bains orientaux traditionnels étaient recouverts de dômes, puis cette structure était recouverte de terre pour fournir une isolation thermique suffisante.

En bas, il y avait un souterrain, dans lequel il y avait un foyer ordinaire, chauffé avec saxaul. Au-dessus de lui se tenait un chaudron où l’eau bouillait. Les gaz chauds sont passés sous terre et ont été rejetés de l’autre côté. Plus ce foyer était proche, plus il était chaud et, par conséquent, vice versa. Ainsi, à la fois le chauffage du bâtiment et son refroidissement ont été obtenus. Ceci, bien sûr, était très démodé, car peu de lumière pénétrait dans une telle pièce, il était impossible de drainer l’eau des salles savonneuses par des échelles, car il y avait un feu sous le sol. L’eau a fusionné avec de tels fossés le long du périmètre des murs et a été jetée quelque part dans la rue. L’eau coulait savonneuse, sale et, de plus, il est de coutume dans les bains orientaux de se raser le corps, et les résultats de cette procédure se sont également déplacés lentement le long de ces fossés de drainage.

L’image est claire: sombre, les murs sont intelligents et visqueux, etc. C’était impossible de faire un bain métropolitain comme ça. Par conséquent, afin d’obtenir une chambre de combustion, nous avons décidé de créer un système de chauffage électrique au sol similaire aux planchers chauffants modernes. Comment être cool? Et puis je me suis souvenu de mon voyage d’enfance en Ouzbékistan avec ma mère et mon père que les Ouzbeks gardaient de l’eau relativement fraîche en plaçant les cruches directement au soleil. De plus, les cruches étaient en céramique non finie. Ainsi, ils étaient toujours humides à l’extérieur, car une partie de l’humidité, trempant les parois des cruches, s’évaporait, ce qui réduisait considérablement la température de ces récipients. Et l’eau dans le navire debout au soleil est restée fraîche.

Nous avons fait de même avec les bains publics – nous avons fait les dômes au-dessus du plafond – sans aucune étanchéité afin d’obtenir le même effet de cruches fraîches au soleil. Personne ne pouvait calculer cela, car il n’existait pas de telles méthodes. Par conséquent, nous avons d’abord construit la moitié du bain et vérifié si notre solution fonctionne. Et puis ils l’ont terminé jusqu’à la fin.

… Quand nous avons fait du chauffage électrique et l’avons porté au «sixième étage» – c’est ce que nous avons appelé pour montrer à Rachidov (Sharaf Rashidov, premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de l’UzSSR) et à d’autres autorités supérieures – nous on a dit: « Non. Que ce soit comme autrefois – être noyé dans le feu.  » Nous nous sommes disputés pendant longtemps. Ils ont demandé: quelle différence cela fait-il pour vous ce que c’est là-bas, sous le plancher, cette chaleur donne – le feu ou l’électricité? Lors de la troisième «rencontre» avec les autorités, un secrétaire du comité municipal nous a convaincus comme suit:

  • Vous dites: quelle est la différence. Aimez-vous tous boire du thé?
  • Oui, nous aimons tous, – disons-nous.
  • Tout le monde a-t-il bu du thé dans une bouilloire bouillie sur une cuisinière à gaz?
  • Oui, – disons-nous.
  • Il existe une différence?

Nous avons convenu qu’il y en avait, bien sûr. Surtout si le samovar est chauffé avec des cônes. Et après cette conversation, nous avons imaginé ce système: nous avons fabriqué un pistolet à air comprimé, fabriqué des tuyaux en céramique dans l’épaisseur du sol. Des produits de combustion y étaient entraînés – et il était tout simplement impossible de calculer tout cela – et, ainsi, nous avons reçu des pièces avec des températures différentes.

Si vous regardez le plan du bain, vous voyez, en quelque sorte, un « labyrinthe », où les pièces de l’une à l’autre sont de plus en plus chauffées en raison de la proximité de la source de chauffage. La pièce la plus chaude a une température de quarante degrés Celsius. Et sur le poêle dans cette pièce – cinquante degrés. Et il est assez difficile de s’asseoir sur ce poêle, il faut s’agiter jusqu’à ce que l’on s’y habitue. Les dômes sont recouverts de céramiques émaillées. Mais de très grandes coutures y sont laissées pour l’évaporation de l’humidité, ce qui permet de refroidir. En conséquence, le sol est constamment hydraté et refroidi.

extrait de l’article: l’architecte Andrey Kosinsky: «Les années passées à Tachkent ont été la période la plus productive et la plus brillante de ma vie» (Ferghana.ru)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s